Bulletin hydrologique n°25 (1er tr. 2018)

Résumé : D’après un bilan réalisé par Météo France pour le Parisien (édition du 20 mars 2018), le Parisien précise que l’hiver 2018 est le troisième hiver le plus humide depuis 1960. Il serait le cinquième pour l’Ile-de-France. Les pluies de fin décembre ont commencé à remplir les étangs et saturer les sols. Les pluies sur sols saturés conjuguées à la fonte des neiges ont occasionné une augmentation significative des débits et par conséquent beaucoup de difficultés sur les réseaux hydrographiques naturels. La gestion des étangs a permis de contenir les pluies et de les restituer aux milieux hydrographiques naturels après les événements pluvieux. Le Grand lit de rivière a quant à lui fonctionné comme un grand bassin écrêteur.

Remplissage des bassins :

Pour mémoire, les deux événements pluvieux relevés sur décembre avaient engendré une augmentation significative des niveaux d’eau sur l’ensemble des étangs. Le remplissage des étangs amont permettait de réaliser un transfert d’eau des étangs amont vers l’étang de Saint-Quentin et d’obtenir un niveau d’eau conforme sur Saint-Quentin tout en conservant une capacité de stockage importante sur les étangs amont.

Les précipitations observées sur la fin décembre ont commencé à saturer les sols rendant ces deniers moins perméables et donc sujets aux ruissellements.

Les pluies tombées sur la neige le 21 janvier ont provoqué quelques perturbations, notamment sur les réseaux hydrographiques naturelles.

Compte tenu du cumul des précipitations exceptionnelles, les valeurs cibles des niveaux d’eau des étangs, fixés par l’arrêté préfectoral en date du 3 février 2014, ont été dépassées sur l’ensemble des étangs. Pour autant, les seuils de sûreté n’ont pas été atteints.

Cette période particulièrement sensible a nécessité une vigilance accrue du SMAGER avec des ouvertures et des fermetures de vannes adaptées aux conditions relevées sur les systèmes hydrographiques naturels et aux prévisions météorologiques fournis par les modèles de prévisions.

De façon générale, les vannes des étangs étaient fermées ou fortement réduites au moins 24 heures avant les événements pluvieux et ouvertes progressivement après les événements pluvieux. L’objectif était de maintenir une capacité de stockage importante en cas de fortes précipitations.

Perspectives :

Les vannes de sortie latérales seront refermées au fur et à mesure d’un retour à la normale sur le Grand lit de rivière.

 

Retourner à la liste des bulletins hydrologiques