Un patrimoine naturel

bilan 10 ans chiropteres Les chauves-souris comptent parmi les mammifères les plus menacés de notre faune...

...et la plupart des espèces sont aujourd’hui en voie de raréfaction dans notre pays. C’est particulièrement vrai en région Ile-de-France où l’urbanisation et l’artificialisation des espaces naturels et agricoles sont importantes depuis plusieurs décennies.

Les causes de raréfaction voire de disparition des chauves-souris sont multiples, avec notamment la diminution du nombre de gîtes d’hivernage (rejointoiement de fissures dans les vieux murs, reprise des vieilles maçonneries) et le dérangement des colonies provoqué par des travaux réalisés pendant l’hivernage. La dégradation des paysages et leur banalisation puis l’utilisation de biocides diminuent fortement le stock de nourriture composée d’insectes. A ces facteurs humains, il faut ajouter la faible capacité de reproduction des chiroptères avec un petit par an, combiné à un fort taux de mortalité juvénile.

Afin de préserver ces mammifères volants, peu connus mais véhiculant beaucoup d’idées préconçues, Alexandre MARI - chargé d’études au Parc Régional de la Hautes Vallée de Chevreuse et membre du Comité Scientifique du SMAGER - réalise chaque année une visite annuelle des aqueducs, avec l’autorisation du SMAGER.

Il nous fait partager l’ensemble de ses observations au travers du rapport intitulé «  Diagnostic de l’intérêt chiroptérologique du réseau d’aqueduc du SMAGER », le bilan de 10 ans de dénombrement hivernal des populations, valeur patrimoniale des sites et mesures de conservation (disponible en téléchargement).